work.master  
 

 

 

 

 

 


 

CHRISTOPHE KIHM – L’Immature

Le séminaire de cette année s’inscrit dans la suite directe de celui de l’année précédente, consacré à l’Immature. L’orientation de ce séminaire marque cependant un tournant dans ces recherches, notamment par la prise en considération, sur un plan théorique, de tout un ensemble d'écrits, depuis le 19e siècle jusqu'à aujourd'hui, qui renvoient aux sciences de la nature et du vivant (biologie, primatologie, évolutionnisme). Ce corpus s’accompagne donc d’un intérêt porté à la question animale (humain ou non humain) sur un plan éthologique, en « renfort » de réflexions menées sur l’éthique. Je n'abandonnerai pas cependant l'analyse de travaux situés dans les domaines de la littérature, du cinéma, des arts vivants, des arts plastiques et de la musique, mais ils seront aussi mis en perspective au regard de cet appareil conceptuel et saisis dans des échanges et des circulations historiques avec les sciences de la nature. Ce trafic me semble nécessaire pour penser l'immature en théorie et en pratique, sur des plans éthique et esthétique, à travers des comportements et dans des formes… 

Nous reviendrons, pour amorcer ce séminaire, sur les notions de « vie sauvage », de « wilderness », sur les rapports de l’immature à l’instable, à l’inachevé, à l’inaccompli, à l’intervalle et à l’immédiat, ou encore sur les figures et les représentations de l’immature dans des récits littéraires (Walden, ou la vie dans les bois) ou cinématographiques (Grizzly Man), mais aussi sur les cabanes… 

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2