work.master  
 

 

 

 

 

 


 

CATHERINE CHEVALIER – Critique X

Le séminaire porte cette année sur le rapport de la critique d’art à la critique institutionnelle, en se basant une sélection de textes critiques publiés. Quel est le contexte de production de la critique contemporaine et son rapport à l’institution depuis les années 1990 ? Quels seraient les formes d’une critique post-institutionnelle, c’est-à-dire d’une critique qui s’inscrirait dans le cadre d’une nouvelle économie capitaliste des savoirs généralisées.

Comme le dit Merlin Carpenter dans le texte « The Tail That Wags the Dog » (2009), « Tous les producteurs culturels sont des critiques, ils sont tous impliqués dans l’information marketing et de ce fait, sont partie prenante des politiques de savoir. L’information c’est l’institution. Si nous sommes l’institution – nous sommes tous critiques –, alors la critique institutionnelle est celle de nous-même et de notre rôle comme pourvoyeur de valeur ajoutée à la marge d’une industrie culturelle colossale. »

Le séminaire portera sur les formes et surfaces de la critique, notamment en analysant les styles et techniques d’écriture, les attitudes auto-reflexives, les expérimentations littéraires, et les usages illégitimes de la théorie. Il abordera également les débats récents sur les transfromations digitales du langage et de la poésie dans le régime sémiocapistaliste dans lequel nous vivons actuellement.

Réferences : Arjun Appadurai, Franco “Bifo” Berardi, Merlin Carpenter, Bernadette Corporation, John Kelsey, Chris Kraus, Sylvère Lotringer, Christian Marazzi, Palo Virno.

 

This year the seminar deals with the relationships between art criticism and instititional critique and is based on a selection of critical texts. What is the context of production of contemporary criticism and its relationships to the instituion since the 90s ?What would be the forms of a post-institutional critique, i.e. a critique in the lineage of the institutional critique, but in the new generalised capitalist knowledge economy.

As Merlin Carpenter said in the text “The Tail That Wags the Dog” (2009), “All cultural producers are critics, all are involved with marketing information and are thereby involved with the politics of knowledge. Information is the institution. If we – we are all critics – are the institution, then institutional critique is of ourselves and our role as value suppliers at the margins of a huge cultural industry”.

The seminar will be focussed on the forms and surfaces of art criticsm, by analysing the styles and technics of writings,  litterary experimentation and the illegitimate uses of theories. It will also examine the recent debates on language and poetry subjected to digital transformations and process of acceleration in the semiocapitalist regime where we curretly live.

 

References : Arjun Appadurai, Franco “Bifo” Berardi, Merlin Carpenter, Bernadette Corporation, John Kelsey, Chris Kraus, Sylvère Lotringer, Christian Marazzi, Palo Virno.

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2