work.master  
 

 

 

 

 

 


 

PSYCHOPOLITIQUES

A un moment récent de notre histoire, les formes de contrôle qu’opèrent les structures de pouvoir sur nos existences se sont déplacées de l’emprise qu’elles pouvaient avoir sur nos corps à une gouvernance s’infiltrant jusque dans nos âmes : technologies de communication invasives, conquête idéologique des esprit, abolition de la vie privée, extension totale de la marchandisation, productivité infinie, connectivité sans limite, médicamentation massive... Ce que Michel Foucault avait pu théoriser comme une biopolitique, semble s’être étendu à ce que l’on nomme aujourd’hui psychopolitique.

Le rêve émancipatoire de la première révolution psychédélique (de psyche-delia, en grec « libérer l’âme »), qui s’origine dans l’immédiat après-guerre, et se cristallise à une échelle globale dès le milieu des années 1960 – au contact des diverses avancées technologiques (cybernétique), psychologiques (psychothérapie expérimentale), ou médicales (invention du LSD), s’est en quelque sorte retourné sur lui-même. La seconde révolution psychédélique, que l’on pourrait situer à la fin des années 1980 avec l’émergence de la culture électronique, avait déjà transformé l’idée même de révolution en l’incarnant de manière semi-secrète (l’organisation clandestine rave parties), interindividuelle (chacun y danse avec et pour soi-même) et imposait dès son origine une distance connectée (en lien avec l’apparition des premiers ordinateurs personnels et d’Internet).

On assiste aujourd’hui à une troisième révolution psychédélique, qui repose sur une série de phénomènes que « Psychopolitiques » entend explorer et mettre en relation. D’un côté, les nouveaux usages thérapeutiques des psychotropes, le développement du néo-chamanisme et micro-dosing donnent le sentiment d’une normalisation de l’expérience psychédélique, d’une extinction de ses dimensions critiques, subversives, dissidentes. De l’autre, le regain d’intérêt de la part de certains artistes, penseurs et scientifiques pour l’histoire du psychédélisme, l’actualité des usages expérimentaux des exploration intérieures, des drogues et des formes de communautés qu’elles autorisent, les puissances esthétiques et politiques du psychédélisme contemporain donnent à penser qu’un sujet d’étude est en cours de formation.

L’objet de « Psychopolitiques » est dès lors de proposer une étude théorique de la question, accompagnée d’une enquête auprès de spécialistes divers, issus des domaines de l’histoire de l’art, des technologies et des sciences, de la pharmacologie, de la médecine et de la thérapie contemporains, afin de formuler, collectivement, une série d’hypothèses, voire de propositions en réponse à la question : quelles formes donner à la renaissance psychédélique en cours ?

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2