work.master  
 

 

 

 

 

 


 

L'IMPOSSIBILITÉ DU FER

Penser l’exécution de l’œuvre aujourd’hui

Pour poser la question du faire artistique, ce séminaire se portera vers des travaux qui mettent à l’épreuve l’exécution de l’œuvre. Les pratiques conceptuelles sont bien des cas-limites pour examiner ce problème, dès lors que leurs auteurs ont parfois pu estimer que pour exister en tant que telle, l’œuvre n’avait pas forcément besoin d’être exécutée : l’idée ou la conception suffiraient. Penser l’exécution de l’œuvre à partir de pratiques conceptuelles, c’est s’interroger sur ce que faire veut dire. Comment « la main » de l’artiste peut-elle informer une pratique qui n’est pas d’abord manuelle ? Dans le cas de la délégation du travail à un assistant, comment le savoir manuel de l’artiste est-il transmis ? À l’inverse, comment des œuvres qui accordent une place centrale au faire manuel peuvent-elles valoir en tant qu’art conceptuel ?

La figure de Duchamp, dont la réponse à Denis de Rougemont voulant savoir ce qu’est pour lui le génie – « l’impossibilité du fer » – nous sert de titre, matérialise cette position double, à la fois refus du faire dans le tout-fait et revendication d’une expérience d’artisan d’art. Nous partirons de la réception qu’elle trouve dans les textes de John Roberts (2007) et de Maurizio Lazzarato (2014). D’autres textes nous occuperont également : des articles et des interviews d’artistes comme Ian Burn, Sol Lewitt, Robert Morris ; des écrits qui portent sur le faire manuel dans l’art récent comme ceux du théoricien du design Glenn Adamson ou de l’historienne de l’art Julia Bryan-Wilson. Une journée d’étude internationale, qui sera organisée au semestre de printemps 2019, permettra d’aller plus avant dans nos questions sur le faire dans l’art contemporain.

À travers des discussions d’œuvres et de textes, ce séminaire entend porter l’attention des étudiant.es sur la place qu’occupe l’exécution et sur les façons dont celle-ci est éventuellement problématisée dans leur propre travail. Il bénéficiera de la participation de l’artiste et curatrice Bénédicte Le Pimpec et de l’historien de l’art et curateur Jean-Marie Bolay, tous deux chercheurs rattachés au projet Le faire comme cheminement en lien avec lequel cet enseignement est pensé. À ce titre, il proposera aux étudiants de présenter leurs réflexions sur le faire sous une forme plastique, dans des travaux pratiques qui pourront être exposés.

 

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2