work.master  
 

 

 

 

 

 


 

Giulia Bini – Seminar

Ce séminaire offre des outils théoriques pour naviguer dans le scénario techno-scientifique contemporain et un cadre conceptuel pour l’étude des rapides changements en cours engendrés par les nouvelles technologies. L’objectif est d’explorer diverses conceptions et théories sur les pratiques actuelles dans l’art, la science et la technologie, et de saisir la profondeur de la «pensée numérique» naissante en tant que philosophie visant à trouver un nouveau langage pour les univers technologiques émergents.

La prémisse conceptuelle du séminaire concerne le complexe omniprésent - connu sous le nom de condition numérique, post-média, virtuelle ou hybride - qui définit notre époque. Il s’agit de la transition vers l’espace informatique et du façonnement de notre sensorium par les technologies numériques : appareils et logiciels, infrastructures de communication et d’information, environnements et plateformes médiatiques qui en résultent.

S’appuyant sur la pensée de philosophes et de penseurs des médias, avec une attention particulière à une génération émergente qui tente de définir un nouvel agenda théorique et un nouveau langage pour une pensée technologique radicale, le séminaire adopte un mode d’investigation transdisciplinaire qui permettra de comprendre le scénario techno-scientifique dans l’ampleur de sa complexité, y compris ses implications esthétiques, sociales, culturelles, économiques et géopolitiques.

Nous examinerons comment le spectre du numérique et de la technicité d’aujourd’hui, dans son lien avec les développements scientifiques, nous permet de repenser des catégories telles que le temps, l’espace, la nature, l’artificialité, la représentation, la mimésis, l’objet, la paternité et la circulation, tout en faisant exploser les oppositions binaires et dualistes. Nous examinerons l’héritage des approches du XXe siècle, notamment la cybernétique en tant que science qui a préfiguré notre époque, et la nécessité actuelle de penser en termes holistiques, écologiques et systématiques, comme le prévoient l’écologie des médias et le post-humanisme.

Des essais séminaux de la tradition de la critique d’art trouveront de nouvelles positions dans ce spectre, y compris des écrits d’artistes anticipant ces discours. L’intention est de déchiffrer le potentiel de transformation des technologies émergentes ainsi que leurs opacités et leurs dysfonctions, en les reliant aux tropes de l’esthétique visuelle contemporaine telle qu’elle est informée par les technologies avancées - y compris l’imagerie générée par ordinateur, la vision artificielle, l’IA, la réalité virtuelle, augmentée et mixte, les textures artificielles et les nouveaux matériaux - tout en s’engageant dans des réflexions sur leur pouvoir génératif et ontologique.

 

ENG.
This seminar offers theoretical tools to navigate the contemporary techno-scientific scenario and a conceptual framework to investigate the current rapid changes shaped by new technologies. The goal is to explore diverse understandings of and theories on current practices of art, science, and technology, and to grasp the depth of nascent “digital thought” as a philosophy that aims to find a novel language for emergent technological universes.

The conceptual premise of the seminar concerns the ubiquitous complex—variously known as the digital, post-media, virtual, or hybrid condition—that defines our time. This is the transition to computational space, and the shaping of our sensorium by digital technologies: devices and software, communication and information infrastructures, and the media environments and platforms that result.

Drawing on the thought of philosophers and media thinkers, with special attention to an emerging generation that is trying to define a new theoretical agenda and language for a radical technological thought, the seminar embraces a transdisciplinary mode of investigation that will allow an understanding of the techno-scientific scenario in all its complexity, including its aesthetic, social, cultural, economic, and geopolitical implications.

We will examine how the spectrum of today’s digitality and technicality, in its connection to scientific developments, allows us to rethink categories such as time, space, nature, artificiality, representation, mimesis, objecthood, authorship, and circulation, while exploding binary and dualist oppositions. We will consider the legacy of 20th-century approaches, including cybernetics as a science which foreshadowed our present era, and the current need to think in holistic, ecological, and systematic terms, as anticipated in media ecology and post-humanism.

Seminal essays from the tradition of art criticism will find new positions under this spectrum, including writings by artists anticipating these discourses. The intention is to decipher the transformative potential of emerging technologies as well as their opacities and dysfunctions, connecting these to the tropes of contemporary visual aesthetics as informed by advanced technologies—including computer-generated imagery, machine vision, AI, virtual, augmented and mixed reality, artificial textures and new materials—while engaging with reflections on their generative and ontological power.

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2