work.master  
 

 

 

 

 

 


 

LA DERNIÈRE BIBLIOTHÈQUE

En juin 2012, la Bibliothèque du Trichoptère est amicalement accueillie par l’Institut curatorial, LiveInYourHead, soutenu par son ministère de tutelle, la Haute école d’art et de design – Genève. Elle y présente La Dernière Bibliothèque.

Séminaire sous la haute autorité du Collège du Trichoptère avec la collaboration du WORK.MASTER :

18 h Wall Drawing, Camille Tsevtoukhine Atlas, Louis Chatel, Hubert Duprat et Véronique Portal 
19 h 30 Lectures, Géraldine Singy et Émeline Vitte 
20 h 15 Dîner débat avec Bertrand Présvost : Les Apparences inadressées (sur inscriptions)

Jeudi 7 juin dès 18 h 
Exposition du 8 juin au 14 juillet 2012 
LiveInYourHead, Institut curatorial de la Head – Genève, Rue du Beulet 4, 1203 Genève

Téléchargez le flyer LIYH_La Dernière Bibliothèque (PDF - 733.8 ko)

Argument

À la suite d’événements improbables, il n’existe plus qu’une seule bibliothèque, la dernière, celle du Trichoptère. C’est là, dans les seuls livres demeurant accessibles, qu’est désormais logée toute la mémoire de l’humanité. Ces livres et toute la documentation qui leur est attachée sont devenus une ressource inestimable pour reconstruire l’histoire politique, culturelle et sociale, mais aussi rétablir les linéaments colorés des savoirs scientifiques et techniques perdus. 
Véritable centre d’interprétation pour ceux qui savent en analyser les images et en décrypter les textes, ils fournissent des renseignements précieux sur l’entomologie, la pèche, les conflits, les moeurs, l’esthétique, le romantisme, l’arti- sanat, l’architecture, la marqueterie, l’art du portrait, celui de la maquette, celui des leurres, l’histoire de la gravure et de la macrophotographie, la nourriture et la survie, l’écologie et la pollution, les rites et le tourisme, la géologie et les fossiles, le mimétisme et le camouflage…

Tégument

Objet de curiosité et de convoitise, la Bibliothèque accueille régulièrement les curieux attirés par l’odeur des résidences hyperboliques. Ils viennent l’observer dans son devenir, en constater l’état fébrile, en secouer les tiroirs. Ils en admirent les incunables, soupèsent les documents, tournent les dossiers, honorent les gravures et les photographies, élisent en long les textes ; ils en essuient les objets et en vernissent les tableaux, en extradent les graphes, en encartent l’inventaire et en basent les données sur des valeurs sûres. Le personnel présent, habité par sa mission, poursuit sereinement ses recherches et partage avec toutes et tous les joies quotidiennes du classement et du répertoire, de l’agrandissement photographique et de l’encadrement, sans omettre pour autant l’hébergement et le développement en ligne. Il correspond avec les spécialistes du monde entier, et sollicite le recueillement de nouveaux documents. Avec un seul but, chevillé à son corps d’élite, celui de travailler continûment à l’élaboration de nouvelles catégories interprétatives. Malgré toutes les considérations morales et pratiques qui s’opposent à l’accueil de chercheuses et chercheurs étrangers, la consultation de la Bibliothèque leur est ouverte : ils accèdent au tri et à l’examen des documents. Un ordinateur et une imprimante leur permettent de tester des rapprochements, de proposer des comparaisons insues et de filer des analogies surprenantes ou égoïstes. Les soirées organisées sont consacrées à l’écoute attentive de conférenciers invités, ou à celle des envolées lyriques des lectrices survoltées.

Le collège du Trichoptère

Ni parti politique, ni mouvement artistique, le Collège du Trichoptère est l’organe dirigeant de la Bibliothèque du Trichoptère. Il a pour but l’exploration de son fonds documentaire, relégué généreusement par H. D. 
En tant que laboratoire de recherche sans souci lucratif, il fonctionne en toute liberté, en l’absence d’une quelconque visée artistique ou scientifique imputée. Il entend pour ce faire produire le savoir symétrique de son homothétie esthétique. 
Ses méthodes sont la paranoïa critique, au sens kantien du terme, et poussée à son plus haut niveau d’exactitude. 
Sans lieu ni foi, il se manifeste partout où la foule silencieuse l’attend pour en lire les résultats et en acclamer les mystères. 
La cause du Trichoptère est défendue par le Syndicat du Trichoptère, bras armé du Collège. 
Afin de maintenir la nécessaire laïcisation de son culte le Cercle du Trichoptère, ouvert aux amateurs, à pour charge d’animer la Bibliothèque. Bring your Bottle.

Organigramme

Les rapports de travail à l’intérieur du Collège, sexuellement abstraits, sont régis par l’ordre alphabétique (cf. Bruno Latour, Trichoptère et hiérarchie, Paris, Eyrolles, 2013).

Agence de voyage : Jérémie Gaulin (préposé aux dérives) 
Comité de lecture : Géraldine Singy, Émeline Vitte 
Conférence permanente : Lauren Huret 
Dataires à la bureaucratie : Jonquille Graciela Pfister Bengoa, Ebru Ozculcu 
Dataires à la logistique : Séraphin Brandenberger, Damián Navarro (inspecteur) 
Délinquance graphique : Camille Tsvétoukhine 
Fanfare : Adrien Guillet (relations avec les Majors), Marc Piccand (grosse caisse) 
Provéditeur : Christian Besson 
Régence des images en mémoire : Louis Chatel, Véronique Portal 
Régent des Basses Terres : Ceel Mogami de Haas 
Satrapie : Jean-Pierre Greff, Yann Chateigné 
Sous-commission du design d’intérieur : Adrien Chevalley (parti avec le logiciel 3D) 
Vice-curateur : Hubert Duprat 
Workmaster : Laurent Schmid

 
 

  

->Imprimer

 

AltModele2